Les infections urinaires chez le nourrisson et l'enfant

L’infection urinaire est une des infections bactériennes les plus fréquentes en pédiatrie.

Elle se présente sous plusieurs formes chez le bébé et l’enfant mais se définit toujours sur la présence d’une quantité significative de bactéries dans les urines.

Selon la localisation, elle correspond à :

  • Une cystite : infection localisée à la vessie, le plus souvent bénigne
  • Une pyélonéphrite : infection au niveau du rein, qui peut être potentiellement grave car à l’origine de lésions rénales

Différents germes présents au sein de la flore digestive normale sont responsables d’infection urinaire. Parmi les plus fréquents, on peut citer :

  • Escherichia coli dans 60 à 90 % des cas
  • Proteus mirabilis
  • Enterococcus, et Klebsiella spp

Quels sont les signes d’une infection urinaire ?

Chez les nourrissons et petits enfants, les signes et les symptômes d’une infection urinaire sont souvent non spécifiques et particulièrement difficiles à déceler.

Le diagnostic doit systématiquement être évoqué devant  une fièvre sans foyer infectieux évident ou, comme chez l’adulte, devant des brûlures au moment d’uriner, des envies fréquentes ou bien des fuites urinaires.

Mais une perte d’appétit, des pleurs inhabituellement fréquents, des urines malodorantes peuvent également être des signes d'alerte.

Comment la diagnostiquer ?

Lorsque une infection urinaire est envisagée chez l’enfant, le médecin demande dans un 1er temps une bandelette urinaire à la recherche de la présence de nitrites et de leucocytes (les leucocytes, ou globules blancs, sont les cellules de notre système immunitaire permettant de lutter contre les bactéries notamment).

Chez l’enfant de plus de 3 mois, la négativité de ces 2 paramètres permet d’exclure le diagnostic  d’infection urinaire dans 97% des cas.

Si l’un des 2 s’avère positif, la bandelette urinaire sera complétée par un examen cytobactériologique des urines (ECBU) qui  permettra de confirmer l’infection urinaire, d’identifier le germe en cause et de déterminer le traitement à mettre en route. L’ensemble de ces étapes nécessite au minimum 48h.

Dans le cas d’une infection urinaire, l’ECBU va mettre en évidence à la fois la présence de leucocytes qui traduit une réaction inflammatoire normale liée à la présence de l’infection  et à la fois la présence de bactéries en quantité significative.

Cependant, chez l’enfant, la présence de leucocytes n’est pas systématique.

Comment réaliser un prélèvement d’urine ?

L’examen cytobactériologique des urines impose des techniques de prélèvement rigoureuses et  des conditions de conservation précises. Ceci pour éviter la contamination par la flore normalement présente au niveau génital qui entraînerait un faux diagnostic par excès de la numération bactérienne.

L’ECBU doit impérativement être réalisé  avant la prise de tout traitement antibiotique pour éviter de fausser les résultats de l’examen.

Il est recommandé de faire boire l’enfant 15 minutes avant le recueil :

  • La technique la plus simple consiste à recueillir l’urine au cours de la miction après une désinfection soigneuse de la vulve, du prépuce ou du gland.

Facile à mettre en application chez l’enfant en âge d’uriner volontairement, elle peut également être proposée chez les bébés. Elle demande un peu de patience (un bébé urine environ toutes les 20 à 30 min): maintenir l’enfant sans couche ou couche ouverte, sur les genoux d’un adulte et se tenir prêt à prélever les urines en milieu de jet lors de la miction spontanée.

  • Un collecteur stérile adhésif peut également être posé (Cf fiche ci-jointe) toujours  après désinfection de la région génitale. Celui-ci doit être enlevé dès recueil des urines ou bien changé au bout de 1h.
  • Chez la petite fille, un sondage « aller-retour » peut également être réalisé.
  • En milieu hospitalier, une ponction sus-pubienne (sous échographie) peut être effectuée.

Une fois recueillies, les urines doivent être ramenées au laboratoire le plus rapidement possible : elles peuvent toutefois être conservées 2h maximum à température ambiante ou 12h à +4°C.

Quel est le traitement ?

L’infection urinaire se traite par la prise d’un antibiotique prescrit par votre médecin. La durée et le choix de l’antibiotique dépend du type d’infection et du profil du patient.

La prise de ce traitement pourra se faire sans attendre le résultat de l’ECBU mais devra  être éventuellement adaptée  selon les résultats de l’examen.

Comment éviter la survenue d’une infection urinaire ?

Voici quelques conseils à suivre :

  • Donner à boire de l’eau à l’enfant régulièrement tout au long de la journée
  • Faciliter l’accès aux toilettes, notamment à l’école,  pour éviter que par rétention volontaire  l’urine ne stagne
  • S’essuyer d’avant vers l’arrière avec du papier hygiénique
  • Lutter contre la constipation

En cas de récidive, il ne faut pas écarter une anomalie fonctionnelle de l’appareil urinaire (rétrécissement de l’urètre ou anomalies des valves de l’uretère). Dans ce cas-là, votre médecin vous orientera vers un spécialiste.